Réalisation d’un diagnostic des milieux naturels et littoraux

2019
Aménagement du territoire : Démarches de planification en faveur de la biodiversité
Communauté d'Agglomération du Nord Grande-Terre
Intercommunalités

  • Organisme / institution en charge de la mise en œuvre : la Communauté d'Agglomération du Nord Grande-Terre
  • Services de la collectivité associés : direction de l’Environnement et du Développement Durable ; direction de l’Aménagement du Territoire et des Grands Projets
  • Budget : 27 100 €
  • Partenaires financiers : Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (Label Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte)
  • Partenaires techniques : communes membres ; Office national des forêts (ONF) ; Conservatoire du Littoral ; Parc national de la Guadeloupe ; Office de l’Eau ; Pôle relais zones humides tropicales ; Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement Guadeloupe (DEAL) ; Conseil départemental de la Guadeloupe ; Région Guadeloupe
  • Date de début du projet : 01/04/2018
  • Date de fin : 31/12/2018

OBJECTIFS

La Communauté d'Agglomération du Nord Grande-Terre (CANGT) a élaboré en 2016 une stratégie d’adaptation au changement climatique dans le cadre d’un appel à projet de l’ADEME et de la Région, volet climat de son Plan Climat Air Energie Territorial. Cette stratégie, lauréate des appels à projets Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte en 2016, place la valorisation et la préservation des milieux naturels du Nord Grande-Terre parmi les axes prioritaires d’intervention. Dans l’optique de préserver les milieux, il est nécessaire d’avoir une meilleure connaissance du territoire d’intervention. Aussi le diagnostic a pour objectifs de :

  • synthétiser les informations relatives aux enjeux écologiques réels et potentiels sur le territoire ;
  • préciser les secteurs susceptibles de faire l’objet de protection, d’actions de préservation des milieux rares ou à enjeux, et d’actions de restauration ;
  • formuler des préconisations pour favoriser l’intégration de la biodiversité dans les futures constructions.

 

MESURES MISES EN ŒUVRE

Le diagnostic des milieux naturels et littoraux du Nord Grande Terre a été conduit en 3 étapes :

1. Réalisation d’un bilan des connaissances existantes :

  • recueil bibliographique et de données (rencontres avec les administrations, collectivités territoriales, communes, gestionnaires d’espaces naturels dans l’optique d’identifier les acteurs, leurs périmètres d’intervention ainsi que les actions d’ores et déjà mises en œuvre sur le territoire) ;
  • croisement des informations obtenues auprès des différents interlocuteurs, re-qualification de l’état écologique des sites d’ores et déjà suivis, et identification des zones carencées en données ;
  • analyse de la cohérence entre l’échelle d’intervention des différents acteurs et l’échelle fonctionnelle des écosystèmes.

2. Identification des zones à enjeux prioritaires (actuelles et futures) à travers des inventaires de terrains afin de :

  • compléter les connaissances existantes ;
  • identifier les secteurs à enjeux pour lesquels des actions de restauration/préservation sont à engager (fortes dégradations des milieux, pressions anthropiques, altération des continuités écologiques, milieux assurant une protection des zones urbanisées) ;
  • valider les sites identifiés par les communes comme présentant des enjeux, et ne faisant pas l’objet de gestion, et sujets à des pressions anthropiques ou environnementales fortes.

3. Propositions de recommandations d’intervention.

La définition de recommandations a permis d’établir un Plan de conservation des milieux naturels et littoraux du Nord Grande-Terre. Ce plan fixe des objectifs stratégiques ainsi qu’un plan d’actions qui mobilisera l’ensemble des partenaires associés à la réalisation du diagnostic et la sphère publique (associations, propriétaires fonciers). Dans l’optique de garantir la bonne mise en œuvre du Plan de conservation, une organisation de comités thématiques (Biodiversité/ Continuités écologiques/ Usages et pratiques) a été retenue pour poursuivre le travail partenarial initié dans le cadre du diagnostic avec l’ensemble des gestionnaires d’espaces naturels.

 

RÉSULTATS / IMPACTS POUR LA BIODIVERSITÉ

Les grands objectifs du Plan stratégique de conservation sont les suivants :

  • Préserver et restaurer les milieux naturels et littoraux du territoire en tant que réseaux écologiques cohérents et interconnectés, avec des actions qui porteront sur le développement des connaissances sur la biodiversité sur le territoire.
  • Renforcer la capacité de résilience des écosystèmes et leur rôle atténuateur des évolutions climatiques en cours, avec des actions portant sur la lutte contre les espèces exotiques envahissantes, la limitation de l’étalement urbain, et des travaux de restauration / réhabilitation.
  • Structurer et fédérer les partenaires et les acteurs de la gestion des milieux naturels à travers un dispositif unique de gouvernance,  pour une meilleure cohérence des actions portées sur le territoire, et un accompagnement à la structuration du tissu associatif.
  • Co-construire des outils de planification et de gestion des milieux naturels spatialement cohérents, intégrés et partagés, par la création notamment d’un observatoire afin de faciliter l’accès aux données liées à la biodiversité, aux espaces naturels du territoire, et contribuer à une diffusion vulgarisée des informations au public le plus large.
  • Valoriser les compétences et augmenter les capacités des acteurs socio-économiques, par des accompagnements techniques de gestionnaires de forêts privées, et l’accompagnement à une modification des pratiques notamment dans le secteur de l’agriculture.

En tout, 26 fiches-actions ont été réalisées, intégrant partenaires à associer, budget, priorité et date prévisionnelle de mise en œuvre. Plusieurs actions sont financées dans le cadre de TEPCV et sont donc en cours (réalisées, engagées ou à l’étape de sélection des prestataires, mais toutes à finaliser avant fin 2019). Pour les autres, la recherche de financement est active (par exemple, candidature CANGT lauréate de l’appel à projets « Atlas de la biodiversité communale dans les départements et régions d’Outre-mer »). La réalisation d’un diagnostic des milieux naturels projet a notamment permis à la CANGT d’obtenir la reconnaissance Territoire engagé pour la nature (TEN) au printemps 2019.


CONTACT 

Doris MIRRE, chargée de mission Energie Climat, direction de l’environnement et du Développement Durable – CANGT

doris.mirre@cangt-guadeloupe.fr

05 90 48 77 80

 

POUR EN SAVOIR PLUS

www.cangt.fr