Plan de gestion écologique du vallon de Kerloc

  • 2012
  • Biodiversité locale : gestion et suivi
Saint-Nolff (Morbihan)
  • Communes de 2000 à 20000 habitants
  • Lauréat des petites villes (2 000 à 20 000 hab.)

Structure chargée de la mise en oeuvre : Commune de Saint-Nolff (services techniques, service Enfance Jeunesse)

Partenaires : Le Lycée de Kerplouz, le Syndicat d'aménagement du golfe du Morbihan et le Groupe mammalogique breton 

Budget : en cours d'élaboration

Date de l’action : Action commencée en février 2011 et se déployant sur le long terme. Pas de date de fin prévue.

Contact : Anne-Laure Caudal, adjointe à l’Environnement 02 97 45 47 59 – anne.caudal (at) infonie.fr


L’action vise à connaître, à préserver et à mettre en valeur un vallon sauvage à proximité immédiate du bourg de Saint-Nolff. Le vallon de Kerloc est constitué de parcelles communales en zones humides, bois et friches boisées, à proximité immédiate de l'éco-cité actuellement en cours de construction. L'objectif est de préserver et accroître la biodiversité de ce corridor écologique tout en conservant son rôle d’espace récréatif, notamment pour les habitants de l'éco-cité. En effet, il a été fait le choix de densifier cette partie du bourg ; les terrains ont donc une superficie réduite (entre 200 et 400 m2). En contrepartie, les habitants bénéficient d'un espace naturel en accès direct depuis l'éco-cité.

Une étude écologique est actuellement réalisée par des étudiants en BTS Gestion et Protection de la Nature afin de cartographier les espèces animales et végétales présentes et leurs habitats. Plusieurs actions seront mises en place après cet état des lieux : ouverture de certains secteurs en saulaies afin de réhabiliter les zones humides, création d'une mare à amphibiens, suppression des embâcles dans le ruisseau pour favoriser la circulation des truites, arrachage de plantes invasives (lauriers palmes), mise en place d'un observatoire photographique... Le choix des actions, auquel sont invités à participer les habitants de l'éco-cité, n'est pas encore complètement validé.
Une action de préservation a néanmoins été déjà engagée : il s'agit de la signature d'une convention avec le Groupe mammalogique breton, qui vise à créer un havre de paix pour la loutre et un refuge pour chauvessouris.
L'objectif de cette convention est de préserver les habitats recensés dans le vallon pour ces espèces fragiles ; mais c'est également une action pédagogique qui a pour but de faire découvrir ces espèces au grand public.
La réflexion porte actuellement sur les méthodes d'évaluation de la biodiversité dans le vallon. Les indicateurs qui seront mis en place seront simples et pédagogiques de façon à associer les habitants de l'éco-cité à ces suivis (science participative).