Mise au point d'une méthodologie pour la création et la gestion d'un jardin éco-paysager

2016
Biodiversité locale : gestion et suivi
Métropole Nice Côte d'Azur (Alpes-Maritimes)
Intercommunalités
Capitale Régionale de la Biodiversité de la Région PACA

Organisme /institution en charge de la mise en œuvre : Métropole Nice Côte d'Azur –Direction Eau Air et Qualité des Milieux – Division Développement durable/Biodiversité/Natura 2000

Services de la collectivité associés : Commune de Levens

Budget : 4 680 € TTC correspondant à la réalisation de l'étude « Propositions écologiques d’aménagement intégré des terrains communaux »

Partenaires techniques : - Bureau d'étude Biodiv – Commune de Levens

Date de début du projet : 17 août 2015

Date de fin : 31 décembre 2015


 

OBJECTIFS

La Métropole Nice Côte d’Azur a souhaité mener une étude permettant de développer un jardin pilote éco-paysager en collaboration étroite avec la commune. Cette action s’inscrit dans l’agenda 21 métropolitain et répond à l’axe stratégique  « Préserver la biodiversité, les ressources naturelles et les milieux ». Il s’agit d’une approche innovante qui s’appuie sur un diagnostic écologique de la parcelle réalisée par BIODIV expert naturaliste et conseil en aménagement en faveur de la biodiversité. L’objectif de cette mission a été d’apprécier l’intérêt écologique d’un site-pilote situé sur des parcelles communales du moyen pays et d’estimer les possibilités d’optimisation des milieux, et des pratiques vis-à-vis de la faune et de la flore pour une mise en valeur à la fois écologique et pédagogique du site et ce en fonction de la nature des sols (zone agricole, zone forestière, zone humide, etc.) et du paysage. Il s’agit d’une approche tout à fait originale et transposable auprès de toutes les communes du territoire de la Métropole Nice Côte d’Azur.

 

MESURES MISES EN ŒUVRE

Sur le site-pilote choisi, l'étude a dressé un état des lieux du site, établi un plan d’aménagements favorables à la biodiversité sous la forme d’un schéma illustré avec 30 unités éco-paysagères déterminées notamment en fonction de la nature du sol, défini les aménagements et le mode de gestion pour chaque unité paysagère et proposé des contenus pédagogiques permettant également à la commune de réaliser des panneaux de sensibilisation pour communiquer sur la biodiversité et les milieux naturels composant nos paysages du quotidien. Les mesures de gestion définies pour les 30 unités éco-paysagères favorisent la régénération des milieux tout en privilégiant un entretien aisé et rationnel. Elles ont été établies au regard des caractéristiques du sol afin de conforter la biodiversité du site.

Quelques exemples d’unités paysagères et de gestion associée :

Bancaus en prairies

Cette zone regroupe deux bancaus étroits (du fait de la pente plus importante ici) où se développe une prairie à brome érigé encore riche en fleurs et en insectes. Une gestion par fauche tardive y est proposée avec exportation du fourrage tout en limitant les layons.

Verger rustique en dédale

Ce verger présente un intérêt agricole et didactique alors que le fourré de sol fertile revêt un grand intérêt écologique. Il sert d’habitat ou de zone d’alimentation à de nombreuses espèces d’insectes, de reptiles, d’oiseaux. C’est le milieu de vie du Muscardin, petit mammifère au mode de vie arboricole. En reconstituant un verger rustique de type méditerranéen, la vocation « fruitière » sera restaurée. Pour son optimisation écologique (limitation de la sécheresse, présence de pollinisateurs et d’autres insectes auxiliaires…), et pour l’intérêt global du site, il sera important de conserver une bonne partie des éléments de friches qui se sont développées autour du verger. Ainsi, un réseau de haies champêtres favorables à un grand nombre d’espèces animales sur le site (insectes, oiseaux, reptiles, muscardin, chiroptères…) devra être maintenu. Le débroussaillage devra être réalisé de manière sélective sous forme d’alvéoles de façon à ouvrir des petites zones autour des tiges de verger et créer un réseau de haies champêtres fonctionnelles. On laissera ensuite les ânes ou les poneys poursuivre le travail.

En appliquant les propositions préconisées et adaptées aux différentes unités paysagères du territoire, les communes pourront s'engager dans le maintien de la valeur écologique de leurs sols.

 

RESULTATS

Les mesures préconisées pour les différentes unités paysagères permettront de préserver un milieu naturel très riche comprenant sur une petite surface différents milieux/types de sols à l’origine d'une biodiversité importante.

La remise en état du verger avec ouverture du milieu sera favorable à un grand nombre d’espèces animales sur le site (insectes, oiseaux, reptiles, muscardin, chiroptères…). Le maintien d'un réseau de haies champêtres fournira corridors et lisières, gîtes, cachettes et zones d’alimentation de qualité pour les espèces.

La gestion par fauche tardive des terrasses de prairies permettra aux espèces prairiales souhaitées de s'implanter sur le site. Ainsi une valorisation des produits de fauche pourra être effectuée dans le cadre d’une opération participative de récolte de prairies naturelles, les produits de fauches permettant alors d’ensemencer d’autres prairies de la commune.

Cette première opération permet enfin de s'inscrire dans la dynamique du Label Végétal Local et dans l'initiative « Récolte ta prairie » menée par la Métropole Nice Côte d'Azur en partenariat avec le Conservatoire Botanique National de Porquerolles.

 


Pour en savoir plus :

Estelle COLLET, Chargée de mission biodiversité

estelle.collet@nicecotedazur.org

04 89 98 12 53