Intégration de la biodiversité par l'outil de planification

2021
Aménagement du territoire : Démarches de planification en faveur de la biodiversité
Boussy-Saint-Antoine
Communes de 2000 à 20000 habitants

  • Organisme / institution en charge de la mise en œuvre : Mairie de Boussy-Saint-Antoine ; SDAP ; DRIEE, SyAGE, CDENS, AEV
  • Services de la collectivité associés : Services techniques et service urbanisme
  • Budget : /
  • Partenaires financiers : AESN, CD 91, Région Ile de France
  • Partenaires techniques : OFB ; DDT ; Conseil Départemental de l’Essonne ; Direction Régionale et Interdépartementale de l'Environnement et de l'Énergie (DRIEE) ; Agence des Espaces Verts
  • Date de début du projet : juin 2021
  • Date de fin : /

OBJECTIFS

Le PLU de Boussy, en vigueur depuis 2012 et révisé en 2014 (mais sans changement concernant les zones en lien direct avec la rivière) montre que l’Yerres constitue à la fois un lien et une coupure : liaisons vertes le long de l’Yerres, mais mise en valeur discontinue des berges de l’Yerres, et deux ponts seulement pour la franchir.

Il entend tirer les conséquences de la fragilité de ce milieu ainsi que du classement de la vallée de l’Yerres et de ses abords au titre des articles L 341-1 et suivi du Code de l’environnement.

Les orientations du PADD soulignent la nécessité de renforcer la biodiversité et les continuités écologiques : la rivière constitue une continuité écologique majeure à l’échelle régionale puisque le sa source, en Seine et Marne, jusqu’à la Seine, elle court sur 90 km. Les espaces boisés, protégés et le ru qui borde le champ de la Roze (en limite de zone N) participent pareillement, à un niveau plus local,  à la trame verte et bleue.

Il convenait donc de concilier la fréquentation d’un milieu naturel très apprécié avec sa fonction environnementale, sa préservation et parfois, sa réhabilitation.

MESURES MISES EN OEUVRE

Ces objectifs trouvent leur traduction principalement dans le classement en zone N de l’ensemble des espaces peu ou pas bâtis qui bordent l’Yerres et, au nord de la commune, des pentes boisées des coteaux qui descendent vers la rivière. La plaine du Besly et les espaces boisés qu’elle contient sont versés en zone A afin de préserver le paysage agricole et les vues remarquables sur la vallée.

On notera que la zone N (excepté la forêt de Sénart) et la zone A sont couvertes par le site classé de la vallée de l’Yerres et ses abords. Le fait que les autorisations d’occupation du sol y soient soumises à un régime d’autorisation spéciale garantit la préservation des milieux.

La zone N et ses secteurs participent au maintien de la continuité écologique représentée par l’Yerres et ses berges (trame bleue). Pour assurer la protection de ces espaces les vocations sont volontairement restreintes dans cette zone, dont une partie est d’ailleurs concernée par les enveloppes d’alerte potentiellement humides (rives de l’Yerres, principalement, le ru, et les  habitats spécifiques qui leur sont liés).

Ont évidemment été mises en place une gestion différenciée adaptée, une suppression de l’emploi de produits chimiques  dans l’entretien des espaces verts communaux, la plantation d’essences locales adaptées au sol et à la situation, nécessitant peu d’arrosage et d’entretien, ou des plantations de type prairie au lieu du gazon.

Ces actions s’inscrivent dans le droit fil plan guide d’aménagement de la vallée de l’Yerres aval adopté en 2012.

Ce plan s’intègre dans le cadre de la réalisation de l’Étude générale de la vallée de l’Yerres aval  réalisée à la demande des partenaires institutionnels du SyAGE que sont AESN ou encore la DRIEE Ile-de-France, suite au classement de la vallée de l’Yerres aval.

Ce plan s’adresse à l’ensemble des acteurs de la vallée de l’Yerres aval susceptibles de réaliser un projet d’aménagement sur le périmètre classé de la vallée de l’Yerres, mais il s’accompagne également d’un plan de gestion de la vallée de l’Yerres qui, par le biais de fiches techniques et de cartes, permet de définir, par type de milieux (berges et milieux aquatiques, milieux herbacés, milieux boisés), un type de gestion appropriée.

Enfin, pour conforter ces protections réglementaires, la collectivité s’efforce de placer sous maîtrise publique les espaces naturels en proximité de la rivière et s’apprête à acquérir directement un ensemble conséquent de parcelles.

RÉSULTATS / IMPACTS POUR LA BIODIVERSITE

Outre les protections instituées par la PLU et le plan de gestion qui participent de l’agrément paysager et des ambiances propres à chacun de ces milieux, la diversité même de ces milieux naturels constitue un  réservoir de biodiversité.

Le maintien et le renforcement de la trame verte contribuent également à sauvegarder un habitat pour la faune sédentaire et migratrice et constituent des corridors écologiques pour la petite faune dont l’habitat est protégé.

Les milieux humides des espaces naturels de l’Yerres et de ses abords (la rivière, ses berges, la ripisylve2 …), le ru qui borde le lieu-dit « La Roze » sont un témoignage de la diversité des qualités environnementales et de la biodiversité de la région.

Toutefois, le PLU évoluera prochainement afin de renforcer la mise en œuvre de la TVB.


CONTACT

Sophie BARBY, adjointe aux services techniques

01-69-00-13-12

s.barby@ville-boussy.fr


POUR EN SAVOIR PLUS

http://www.ville-boussy.fr/plan-local-d-urbanisme.html