Création d’une passe à poissons migrateurs dans le cadre de la rénovation du clapet des Vieux Ponts

2013
Biodiversité locale : gestion et suivi
Niort (Deux-Sèvres)
Communes de 20001 à 100000 habitants
Capitale française de la biodiversité

Structure chargée de la mise en œuvre : Ville de Niort

Partenaires : L’Agence de l'eau Loire-Bretagne, l’ONEMA, la DDT 79, les Architectes des bâtiments de France (ABF), le Bureau d'étude SOGREAH

Budget : 5 000 € TTC pour la maîtrise d'œuvre et 137 636.88 € TTC pour les travaux.

48 100 € proviennent de subventions de l’Agence de l'eau Loire-Bretagne

Dates de l’action : D’avril 2012 à juin 2013.

Contact : Marie BARRIBAUD, chargée de mission Biodiversité - Direction de projet Agenda 21 - 05 49 78 79 05 - marie.barribaud (at) mairie-niort.fr

Katia HAMMOUTENE, responsable du service Espaces Verts et Naturels – 05 49 78 76 79 – katia.hammoutene (at) mairie-niort.fr


L’étude d’élaboration de la Trame Verte et Bleue communale a démontré que les divers ouvrages hydrauliques situés sur la Sèvre Niortaise dans la traversée de Niort représentent des obstacles difficilement franchissables pour les poissons migrateurs.

Ainsi, pour assurer la fonctionnalité de la Trame bleue communale et la continuité écologique de la Sèvre niortaise en terme de déplacement des espèces migratrices, la ville de Niort a décidé de procéder à l’installation de passes à poissons, notamment au niveau du clapet des Vieux Ponts.

Pour cela, la commune a d’abord réalisé une étude d'implantation de la passe à poissons.

Le choix s’est alors porté sur la création d'une passe à poissons de type multi espèces, dimensionnée pour permettre le franchissement de l’espèce la moins tolérante, à savoir l’Alose, mais permettant aussi de laisser passer le Saumon atlantique et l’Anguille. Le principe de la passe à bassins successifs a été utilisé afin de diviser la chute d’eau totale du barrage en série de chutes, afin de former un escalier hydraulique compatible avec la capacité de nage du poisson.

Les travaux ont été réalisés hors d'eau pour réduire la mise en suspension des fines dans le lit mineur, et en évitant les périodes de mai à juin et de novembre à février afin de respecter la période de frai de certaines espèces migratrices, notamment de l’Alose.

La gestion de l'ouvrage est faite en régie par la Ville, par les agents de la cellule ouvrages d’arts et hydrauliques.

Un suivi de la faune piscicole utilisant la passe est prévu afin d’évaluer le fonctionnement de l’ouvrage créé, en partenariat avec le Parc Interrégional du Marais poitevin, la Direction Départementale des Territoires des Deux-Sèvres et l’Institution Interdépartementale du Bassin de la Sèvre niortaise, dans le cadre du programme existant de suivi des poissons migrateurs Anguille et Grande Alose dans le Marais poitevin. Pour cela, le moulin du Pissot a été équipé d’une pêcherie scientifique destinée à capturer et marquer les anguilles qui redescendent la Sèvre niortaise. Le suivi scientifique débutera à l'automne 2013. L'étude sera menée durant trois ans. Ses résultats serviront à mesurer l'efficacité des mesures prises au niveau européen dès 2007 pour juguler la diminution des populations d'anguilles.

À ce jour, des saumons atlantiques ont été signalés à 80 km de l'embouchure, en amont de Niort sur un affluent de la Sèvre niortaise : le Chambon. Cette première observation pourrait démontrer la fonctionnalité de la passe à poisson du Clapet des Vieux Ponts pour cette espèce. Le dernier saumon sauvage avait été signalé à Niort à la fin du XIXe siècle et sa désertion attribuée aux blocages induits par les ouvrages hydrauliques de la ville.


Création d’une passe à poissons migrateurs dans le cadre de la rénovation du clapet des Vieux Ponts | Capitales Françaises de la Biodiversité

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.