Création d'un écoquartier : le Séqué

2011
Aménagement du territoire : Démarches de planification en faveur de la biodiversité
Bayonne
Communes de 20001 à 100000 habitants
Lauréat des villes moyennes (20 001 à 100 000 hab.)

Structure chargée de la mise en œuvre : Commune de Bayonne avec le concessionnaire de la ZAC, la SEPA (société d'économie mixte d'aménagement)

Services de la collectivité associés : Direction Générale des Services, Direction Générale des Services Techniques, Urbanisme, Direction des Infrastructures et des Espaces Publics, Direction du Cadre de Vie, Développement durable, Communication, Régie des eaux de Bayonne

Contacts : Marie CORRALES, Direction de l’Urbanisme - Mail : m.corrales@bayonne.fr

Cécile FRANCESCHETTI, Direction de l’Urbanisme - Mail : c.franceschetti@bayonne.fr

 Tél pour les deux : 05 59 46 60 11

Budget : 13 092 000 euros HT

Partenaires financiers : Agglomération Côte basque Adour

Partenaires techniques : Agglomération Côte basque Adour, Chronoplus (réseau de transport en commun), SEPA

Date de début de l’action : 2005 (études) - 2006 (dossier de réalisation)

Date de fin prévue : courant 2012 pour la phase 1


Objectifs :

Le quartier du Séqué est un ensemble de 14 ha dont 6.8 ha sont urbanisables. Il s’agit d’une opération de qualité, respectueuse de l’environnement, inscrite dans un urbanisme «harmonieux». Afin de respecter le site et son histoire ainsi que les différentes composantes du développement durable, la collectivité a retenu le paysage et la biodiversité comme véritables ossatures du projet en intégrant une démarche AEU (approche environnementale de l'urbanisme) en amont des choix d'aménagement.

Mesures mises en œuvre :

L’organisation générale du quartier préserve les corridors naturels et les relie par un verger, assurant une liaison nord-sud entre les espaces naturels. Elle met en valeur et protège la forêt, le lac et les arbres remarquables. Plusieurs mesures sont mises en œuvre, notamment :

  • privilégier l’habitat collectif, pour préserver des espaces verts importants 
  • choisir des formes urbaines en référence aux spécificités paysagères et climatiques des différents secteurs 
  • définir un projet d’aménagement des espaces publics respectueux du site : maintien de la forêt existante et conservation des arbres remarquables, réaménagement du vallon humide qui constitue l’accès principal au lac existant et aménagement des berges du lac, maintien du couloir écologique entre les deux talwegs, utilisation d’essences indigènes adaptées, mise en valeur et maintien de vues lointaines sur les montagnes, renforcement de la lisière dite « en progression » en limite nord et de la lisière de la chênaie-châtaigneraie, traitement des prairies enherbées pour assurer la transition entre le paysage naturel et celui de la ZAC tout en favorisant la biodiversité
  • créer un partenariat avec les promoteurs et établir un cahier des charges de cession de terrains intégrant un cahier de prescriptions architecturales et paysagères, - acheminer les eaux pluviales vers des noues végétales et utiliser le lac comme bassin de stockage.

Résultats :

Une attention particulière a été portée au maintien d’espaces verts et boisés. En outre, il est prévu la création de nouveaux espaces boisés et des plantations d’arbres fruitiers. De nombreux espaces de substitution pour la faune des prairies sont protégés à proximité et les corridors écologiques sont maintenus. C'est une démarche forte d'intégration de la nature au projet urbain, qui préserve la biodiversité.