Charte Orléanaise de l’arbre urbain. Gestion et protection du patrimoine arboré

  • 2015
  • Aménagement du territoire : Démarches de planification en faveur de la biodiversité
Orléans (Loiret)
  • Communes de plus de 100 000 habitants

Organisme en charge de la mise en œuvre : Mairie d'Orléans.

Services de la collectivité associés : Direction de l’espace public et de la qualité de la ville, Direction de la planification, de l’aménagement urbain et de l’habitat, Muséum d’Orléans, Direction de la vie des quartiers et de la démocratie locale, Direction de l’Environnement et de la Prévention des risques.

Budget de l’action :

Élagage/abattage : 82 000 €

Expertises : 4 500 €

Étude Protection Biologique Intégrée : 2 900 €

Fourniture Protection Biologique Intégrée (phéromones, auxiliaires, pièges…) : 3 500 €

Forêt communale d’Orléans Charbonnière ONF : 11 500 €

Nouvelles plantations et renouvellement :

  • Une grande partie des nouvelles plantations et des renouvellements d’arbres sont intégrées dans le budget alloué à chaque projet (requalification d’une rue, réaménagement d’un jardin ou d’un parc, ZAC, aménagement d’un nouveau site…)
  • Des budgets complémentaires permettent de réaliser des travaux spécifiques aux arbres (renouvellement d’arbres, réaménagement du pied des arbres, …) : 40.000 € par an en investissement pour le renouvellement des arbres d’alignement et 20.000 € par an en investissement pour le renouvellement des plantations dans les écoles (y compris les arbres)

Partenaires financiers et techniques : Entreprises et bureaux d’études spécialisés (ex : entreprises d’élagage, ONF, Expert en arbres d’ornement…), aménageurs, paysagistes...

Dates de l’action : Orléans est l’une des premières collectivités françaises à se doter d’un Plan Biodiversité stratégique et opérationnel dès 2009.

La Charte orléanaise de l'arbre urbain a été signée en 2011.


 

OBJECTIFS

Urbanisé à 80%, le territoire est maillé de nombreux parcs publics et jardins privés, de plus de 25 000 arbres publics, de sites naturels et agricoles : véritables atouts du territoire et enjeux des politiques publiques, ces espaces verts font d’Orléans une ville jardin.

Les arbres en milieu urbain sont une des solutions en termes d’adaptation aux changements climatiques. Afin de réguler le climat local et d’améliorer la qualité de l’air en créant une ambiance atmosphérique satisfaisante pour la santé, une large place est donnée à la végétation en ville, avec la plantation d’arbres dans les nouveaux projets ou lors des réaménagements.

Afin de sensibiliser le grand public, les professionnels et les entreprises à l’importance et l’entretien des arbres en ville et aux services qu’ils rendent, notamment pour l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques et d’inciter à planter de nouveaux sujets, la ville a mis en place une Charte de l’arbre urbain accompagnée d’un guide de bonnes pratiques.

 

MESURES MISES EN OEUVRE

La ville a d’abord procédé à un recensement des arbres du territoire.

Ainsi, une comptabilité précise des arbres, intégrant les opérations réalisées par les entreprises pour le compte de la ville, est mise en place depuis 2008. Les bilans annuels entre les arbres plantés et ceux supprimés sont positifs depuis plusieurs années pour les arbres sur l’espace public, dans les parcs, les jardins et les cours d’écoles et sans compter les boisements. A titre d’exemple, pour la période d’octobre 2011 à septembre 2012, 1 287 nouveaux arbres ont été plantés sur l’espace public, contre 620 abattages, soit un bilan positif de 667 arbres.  Ce bilan positif est en moyenne de plus de 230 arbres par an entre 2007 et 2012.

Lors de l’élaboration du PLU, les arbres du domaine public mais également ceux du domaine privé ont été pris en compte notamment par le fait qu’ils participent grandement aux corridors écologiques.  Ainsi,  les espaces boisés classés (EBC) existants ont été évalués pour juger de la pertinence du classement en EBC. En complément des EBC, 122 arbres ou groupes d’arbres ont été classés au titre des paysages (art. 13 du règlement). 

La deuxième phase consiste en le développement, la gestion et la protection du patrimoine arboré.

Des arbres sont implantés partout où cela est possible dans le cadre des projets de quartiers, pour qu’ils constituent des îlots de fraicheur. Le choix des essences est au moins aussi important que la multiplication des espaces verts. 

Le « cahier Plantation » réalisé en 2013 donne des prescriptions techniques pour la réalisation d’aménagements paysagers et donc des plantations dans de bonnes conditions (dimensions de fosse, distances entre les arbres et les bâtiments…).

Le bon choix de types de plantation pour la seconde ligne de tramway permet de diviser par dix la consommation d’eau pour l’entretien par hectare nouvellement planté, de limiter les tontes et l’entretien. La plantation d’essences locales, adaptées au territoire et peu consommatrices d’eau, est privilégiée dans les aménagements publics comme privés. Le PLU propose à cet effet une liste d’espèces locales.

La Protection Biologique Intégrée est utilisée pour la gestion du patrimoine arboré (nichoirs à mésanges pour lutter contre la processionnaire du pin, expérimentations d’abris pour les auxiliaires contre la galéruque de l’orme…).

L’adaptation aux changements climatiques est aussi prise en compte dans le Plan de Gestion de la forêt communale d’Orléans Charbonnière (2013-2027). La gestion forestière a pour objectif de préserver la biodiversité et les habitats remarquables, tout en garantissant l’accès et l’accueil du public. Les changements climatiques attendus, comme l’accentuation des contrastes hydriques entre l’hiver et l’été, accentueront les difficultés rencontrées par le Chêne pédonculé, essence présente dans les boisements. Il est prévu que l’ONF récolte donc cette essence dans les parcelles en futaie régulière.

 

RESULTATS

L'espace public et les arbres sont entretenus écologiquement, sans produit phytosanitaire. Avec la Charte de l'arbre, les particuliers, mais aussi les aménageurs et les spécialistes de l’entretien sont sensibilisés à une meilleure protection des arbres lors des travaux (voirie, réseau).

 


 

Pierre HERY, Référent Pôle Expertise – Ingénierie de l’Espace Public, Mairie d’Orléans

phery@ville-orleans.fr

02 38 79 26 75

 

Hervé MIFSUD, Gestion des arbres et des milieux naturels - Direction de l'Espace Public, Mairie d’Orléans

hmifsud@ville-orleans.fr r