Aménagement paysager du cimetière des Fauvelles

2016
Biodiversité locale : gestion et suivi
Courbevoie (Hauts-de-Seine)
Communes de 20001 à 100000 habitants

Organisme /institution en charge de la mise en œuvre : Ville de Courbevoie – Service Espaces verts et Environnement

Services de la collectivité associés : État civil

Budget : 3,7 M €

Partenaires techniques : Sol paysage (Diagnostic et maitrise d’œuvre) – Hydrasol (suivi hydrique et plan d'assurance qualité)

Date de début du projet : Janvier 2004

Date de fin : Mai 2006


 

OBJECTIFS

En 2004, à la suite de la mise en place de la charte de l’environnement, la ville de Courbevoie a souhaité s’engager dans la rénovation du cimetière des Fauvelles.

Situé dans un quartier en pleine restructuration (le faubourg de l’Arche), celui-ci s’est retrouvé entouré par de nombreuses constructions. Pour autant, ce site revêtait un enjeu majeur puisque, couvrant une surface de plus de 6 ha, il est le plus grand espace public de la ville.

Un projet de végétalisation a donc été lancé en 2004, commençant par un diagnostic d’étude environnementale relative à l’exécution des travaux et au suivi de parachèvement et de confortement confié au maître d’œuvre Sol paysage.

Ce rapport comprenait les éléments suivants :

  • diagnostic environnemental des sols existants intégrant la qualité biologique des sols ;
  • conséquences environnementales du projet ;
  • contraintes liées au chantier ;
  • l’utilisation des matériaux recyclés ;
  • mesure de la qualité des sols in situ ;
  • suivi d’une protection raisonnée des végétaux.

 

MESURES MISES EN ŒUVRE

À la suite des  conclusions de ce rapport, un projet a été élaboré. Il a permis de gérer l’ensemble des eaux pluviales à la parcelle et de valoriser une partie des sols en place afin de mettre en place des mélanges terreux supports des futures plantations.

Les analyses de sols effectuées ont rendu possible la valorisation des sols en place, à condition d’améliorer leur fertilité et de choisir des espèces végétales adaptées. Par ailleurs, le sous-sol géologique étant constitué d’une roche marno-calcaire semi-perméable, cela a donné la possibilité d’envisager un assainissement alternatif par infiltration.

Concrètement, 1 000 m3 de terre du site ont été recyclés en mélange terre compost avec 400 m3 de compost issus de déchets verts.

Des tranchées fertiles composées en mélange terre pierre longent les allées. À l’état initial, celles -ci faisaient 4,5 m. Ce gabarit à caractère routier a été réduit à 2,5 m, laissant 1 m de part et d’autre pour les plantations d’arbres (680 sujets répartis en 38 espèces différentes). La terre utilisée pour le mélange terre pierre est issue des limons recyclés issus de lavage de betterave. Le pied des plantations arborées est composé de plantes vivaces. Un paillage garantit la couverture du sol. Il s’agit de fibralgo, mélange de fibre de bois broyée et d’algue. Élaboré par un centre d’aide au travail, c’est un produit agrée agriculture biologique.

Afin de garantir une bonne infiltration des eaux pluviales, une couche drainante a été mise en place sur une épaisseur de 40 cm. Celle-ci est constituée de béton recyclé.

Au cœur des divisions, les espaces libres de concessions ont également été plantés. Ils sont mutables en cas de besoin mais participent à la végétalisation du site (1 950 rosiers, 740 buis).

 

RESULTATS

10 ans après son aménagement, le cimetière de Courbevoie est devenu un lieu emblématique de la démarche de paysage et d’intégration des problématiques de développement durable et de gestion écologique.

Le contrôle externe du suivi cultural de confortement a permis de garantir une très bonne reprise des arbres et une rapide autonomie en besoin hydrique grâce au suivi tensiométrique. Ces apports d’eau régulés ont favorisé l’enracinement en profondeur.

Un site pilote a également été mis en place lors de cette opération afin de comparer la fertilité des sols en fonction des constitutions réalisées. Les différents types de sols réalisés sont les suivants :

  • mélange terre-pierre avec pouzzolane ;
  • mélange terre-pierre avec béton.

Différents mélanges ont ensuite été positionnés sur une épaisseur de 20 cm. Les compositions sont les suivantes :

  • terre végétale + compost ;
  • terre végétale + compost + boues.

Suite à ces différents protocoles, des analyses ont été réalisées au terme de la troisième année de confortement, incluant une comparaison de l’évolution des sols depuis la mise en œuvre des mélanges. Il a été constaté une forte activité microbienne, notamment de bactéries nitrifiantes, essentielles au bon déroulement du cycle de l’azote.

Le suivi de la fertilité des sols a démontré que, grâce à une étude préalable, la réutilisation de la terre du site donne des résultats proches de la terre apportée alors qu’elle était dépourvue d’activité microbienne avant sa réutilisation.

 


Pour en savoir plus :

Jacques MACRET, Direction des Espaces Verts et de l'Environnement, Ville de Courbevoie

j.macret@ville-courbevoie.fr

01 71 05 75 61